un Tiers secteur : l’Économie Sociale et Solidaire

Bien que les idées de coopération, de mutualisation et d’association soient aussi vieilles que le monde et proposent sans doute un des modes le plus puissant d’organisation humaine, les premières formes modernes de coopératives économiques et de mutuelles n’apparaissent en Europe qu’à la première moitié du XIX siècle.
Soeurs de la misère de la classe ouvrière et paysanne les coopératives et mutuelles créées alors sont de véritables outils de transformation sociale. Elles permettent à chaque coopérateur de contribuer directement à la mise en place de rapports sociaux plus égalitaires, d’organiser et d’accéder à des biens et des services encore réservés aux plus riches, de maîtriser son propre outil de production ou de distribution.

L’activité du mouvement coopératif est loin d’être aussi marginale qu’on le pense généralement : un français sur deux est membre d’une coopérative, le chiffre d’affaire des coopératives françaises s’élèvait à pluis de 181 milliards d’Euros en 2010… Plus d’un billion de personnes sont membres de coopératives à travers le monde ! C’est par analogie avec le Tiers État ou le Tiers Monde, que ce secteur est désigné comme Tiers secteur, le premier étant le secteur privé et commercial, le deuxième le secteur public et para-public.

Cette réalité sociale forte ne doit néanmoins pas cacher l’énorme disparité de philosophie et de fonctionnement entre les très grandes groupes coopératifs ou mutualistes, certains présents sur les grandes places financières mondiales, et les petites structures comme la nôtre, s’inscrivant fermement dans une volonté philosophique et économique sociale et solidaire proche des premiers idéaux coopératifs.

quelques éléments pour comprendre le mouvement coopératif, ses modes de fonctionnement

En assurant la promotion, en communiquant sur toute la diversité et la richesse du monde coopératif, le Groupement National des Coopératives (GNC) offre un lieu de rencontre aux différents mouvements coopératifs, se faisant le relais de la réflexion menée en son sein. Il représente la coopération française, défend les intérêts communs à ses composantes sur le plan national et international. Il œuvre pour que les pouvoirs publics dotent le secteur coopératif des outils juridiques et financiers adéquats et lui ouvrent les opportunités d’activité qu’il est en droit d’attendre.

Les SCOP
Le réseau des SCOP accompagne la création, la reprise et la transformation d’entreprises sous forme SCOP

sources : GNC – (GNC)  ; ICA : International Co-operative Alliance

Les SCIC
Tout savoir sur le statut des SCIC.

La Nef, une banque pas comme les autres
La Nef est un établissement financier engagé dans la gestion responsable et transparente de l’épargne citoyenne en France. C’est un partenaire financier de référence pour les porteurs de projets responsables et innovants dont la valeur sociale et environnementale est prépondérante.
Support matériel de La Nef,  Le Crédit Coopératif est par vocation la banque des entreprises de l’économie sociale : coopératives, mutuelles, associations, organismes sociaux et services …

La sociocratie… c’est quoi ça ?
La sociocratie est un mode de prise de décision et de gouvernance qui permet de développer la co-responsabilisation des acteurs et de mettre le pouvoir de l’intelligence collective au service du succès de l’organisation. La pratique sociocratique ou encore participative est très utilisée aux Artisons, elle permet à chacun de s’exprimer et de faire entendre sa parole. La décision qui sera prise ne laissera ainsi personne en marge.